Blizzard – Livre 1 : Le secret des Esthètes – Pierre Gaulon

Fantasy

blizzard-pierre-gaulon
Blizzard est un roman publié en janvier 2015. Je ne connaissais pas du tout l’auteur, et c’est surtout la couverture qui m’a attiré lors de ma visite à la librairie. J’ai également eu la chance de le rencontrer lors d’une séance d’autographes le 21 février 2015, sur Aix-en-Provence.

 

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Quatrième de couverture [/su_heading]

Dans le lointain Nord, tout autour d’une cahute, s’étendent à perte de vue forêts enneigées et pics glacés. Blizzard, l’un des rares magiciens survivant d’une guerre encore fraîche et son protégé Chasseur y vivent entre retraite et exil loin d’un royaume maintenant pacifié d’une main de fer par l’Inquisiteur. Jusqu’au jour où une redoutable phalange les attaque sans raison. Jusqu’au jour où la même troupe ravage entièrement le village de Iak, dresseur de tigres des glaces. Les voilà jetés sur les routes, consumés par le désir de vengeance et la volonté de comprendre. Leur périple les confrontera à des secrets qui ébranleront tout ce qu’ils croyaient savoir.

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Histoire [/su_heading]

Comme toute œuvre de Fantasy qui se respecte, nous sommes happés dans un univers imaginaire où magie, créatures diverses et ambiance médiévale se mêlent.

Tout commence par la présentation de Blizzard et Chasseur, vivant dans une vieille et minuscule bâtisse perdue au fin fond des terres du Nord. Le premier est un magicien pyrokinétique, le second est un jeu homme s’entrainant au maniement des armes en se battant contre son imagination. La base de l’univers est également posée : l’Inquisiteur (Evanen) qui a prit le pouvoir a chassé tous les mages du pays, s’est installé en tyran, et un mystérieux froid polaire s’est installé depuis. Blizzard est d’ailleurs en exil, loin de la capitale, protégé par un immense désert glacé.
L’intrigue démarre lorsqu’un contingent de soldats, envoyés par l’Inquisiteur, se retrouvent devant la « maison » des deux comparses, et que Blizzard s’apprête à les affronter, ordonnant à Chasseur de fuir. Ce dernier s’exécute non sans rechigner, et on assiste en même temps au combat de Blizzard et à la fuite de Chasseur. Blizzard est vaincu et capturé, mais son but était uniquement de permettre à Chasseur de fuir, ce dernier hésitant de nombreuses fois à faire demi-tour.
Dans le même temps, Iak, jeune membre d’une tribu tranquille, voit son village détruit par les soldats qui ont attaqué Blizzard. Le jeune dresseur, accompagné de son tigre à dent de sabre, va les suivre et chercher à en savoir plus.
Que va devenir Blizzard et pourquoi s’est-il sacrifié pour sauver Chasseur ? Que va faire ce dernier ? Comment Iak et son tigre vont découvrir la vérité ? Et pourquoi l’Inquisiteur est allé cherché Blizzard aussi loin, après plus de dix ans d’exil ? Voilà les principales questions que l’on se pose au départ.

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Critique [/su_heading]

Le récit se découpe en plusieurs parties : les scènes avec Chasseur, celles avec Iak, et des petites scènes secondaires. Les chapitres sont très courts, ce qui permet une lecture rapide et simple, qui contrebalance le fait que le récit manque cruellement de rythme. J’apprécie toutefois le vocabulaire utilisé par l’auteur, qui n’hésite pas à varier les termes.

Ça partait très bien. J’apprécie l’univers qui nous est proposé. Le mélange entre magie, créatures préhistoriques ou inventées, et surtout le fait de parler « d’inquisition » n’a pu que ravir l’amateur de magie que je suis ! Magie qui est d’ailleurs intéressante : j’ai eu peur quand j’ai compris que Blizzard était un mage pyrokinétique, mais le cliché de l’immense boule de feu qui brûle tout sur son passage n’est pas arrivé. Le combat contre les soldats fut donc un réel plaisir !
Le seul réel défaut sur ce point c’est que ça ne va pas assez loin. La magie semble être au cœur de l’intrigue, et l’auteur de nous en offre pas assez sur ce premier tome !

En ce qui concerne les personnages, je les trouve réussis et ils m’ont plu. Blizzard, Chasseur et Iak notamment, surtout de part leur originalité respective. Les différents mages rencontrés sont également attirants et intéressants, d’autant plus qu’on ne comprend pas bien dans quel camp ils sont. Encore une fois, et bien que les personnages principaux sont suffisamment étoffés, je suis déçu du manque d’informations concernant Evanen l’Inquisiteur. Nous n’avons que quelques lignes à nous mettre sous la dent, et son dessein ne semble pas être (à la fin de ce tome en tout cas) plus compliqué que « je répands le mal parce que … je veux répandre le mal ».

Sur les trois cent pages contenues dans ce tome, j’ai vraiment eu beaucoup d’espoir lors des cent premières. L’univers avait l’air très fourni et toutes sortes d’intrigues semblaient se tisser. Cependant, l’univers et les personnages n’arrivent pas à faire oublier le nombre de situations clichées et les nombreuses longueurs lors des pages suivantes. Certaines scènes, situations, ou idées semblent tomber du ciel, notamment celle du Grand Tournoi, qu’on ne voit pas venir, et qui n’a d’autre intérêt que de nous offrir un combat rapide.

Ce premier tome n’est qu’une longue introduction, qui aurait surement mérité plus d’approfondissement sur plusieurs niveaux. J’attends tout de même la suite avec impatience, en espérant que l’univers, la magie, et surtout l’antagoniste se révèlent enfin à nous de manière plus aboutie.

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Les plus et les moins [/su_heading]

Les Plus

– La magie, intéressante.
– Les personnages, attachants et variés.
– Le mélange des choses qui constituent l’univers.
– La promesse de la suite plus complète et qui va plus loin, à tous les niveaux !

Les Moins

– Des longueurs.
– L’univers, la magie et l’antagoniste ne sont pas assez explorés.
– Le Grand Tournoi, tombe comme un cheveu sur la soupe.
– Quelques situations bien clichées.
– Le récit manque de rythme.

Plume-03

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Conclusion [/su_heading]

Il est écrit, sur la quatrième de couverture « La fantasy recèle de nombreux trésors ». Je pense que Pierre Gaulon a un coffre entier à nous offrir, mais que seule une petite bourse nous a été donnée pour le moment.

Moi c'est Fabien, 28 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

3 Commentaires

  1. Une narration constante et sans surprise qui prend le lecteur par la main, de peur qu’il ne se noie sous trop d’information ?

    Je déteste cette démarche qui consiste à proposer une progression linéaire dans la présentation de l’intrigue et des événements du récit. On donne des miettes, de ci, de là, comme dans un mauvais polar. Après un ou deux tomes, on a enfin droit à un grand final, avec un éventuel plot twist qui ne surprend plus personne. Il n’y a rien de plus convenu & commercial ! Si le récit était sincère et bien foutu, on aurait droit à quelque-chose de consistant dès le début, et non pas à une version tronquée et/ou édulcorée dans le but de rallonger le récit, afin de vendre plus de bouquin par la suite…

    Du coup, c’est assez clair : ce bouquin n’est pas pour moi ! Merci d’avoir souffert à ma place 😉

    Répondre
    • Je ne serais pas aussi sévère que tu peux l’être, en espérant que ce n’est pas cela qui ressort de ma critique.

      J’ai apprécié ce livre, et lui ai donné un note tout à fait correcte, et j’attends la suite avec grande impatience (que je n’ai plus qu’à acheter). Je trouve simplement que tout ne va pas assez loin. Après je ne crois pas au complot commercial ! 🙂
      Mais je suis très loin de regretter mon achat, bien au contraire !

      L’univers est vraiment très sympa, les personnages aussi, y’a beaucoup d’idées originales et bien pensées, et la fin de ce premier tome laisse clairement penser que la suite va être bien plus épique. Bref, ça reste un livre que je conseille à ceux qui sont intéressés, parce qu’il vaut le coup malgré ses défauts.

      Répondre
      • Ce n’est pas que tu es sévère ; plutôt que je suis ultra-sélectif sur la fantasy depuis quelques années.
        Du coup, les récits génériques, clichés, longuets et pas très immersifs… Ca va direct au placard !
        Je crois que ça a commencé quand on m’a offert le troisième bouquin d’Eragon. Trop c’est trop.
        Du coup, mon commentaire est assez véhément. Je ne m’en suis pas trop rendu compte en l’écrivant.

        Si tu es content de ce livre, c’est cool. Mais effectivement, vu les défauts que tu présentes ;
        Ca ne me donne pas du tout envie de lire ce bouquin. Pour les raisons citées plus haut.

        Mais j’espère que d’autres seront intéressés après avoir lu ton article. Il m’a permis, en tout cas,
        De me forger une opinion. Négative, certes ; mais d’autres seront peut-être attirés par ce livre.
        Rassure-toi, je pense que tu fais honneur au bouquin dans ton billet, malgré ses lourdeurs significatives.

        Répondre

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

Nullam nec Praesent Praesent Donec consequat. luctus accumsan libero sed mattis