Le briseur d’âmes – Sebastian Fitzek

Coups de coeurs Thriller/Polar

le-briseur-d-ames

Le Briseur d’âmes est un roman publié en 2012 se classant dans la catégorie des thrillers. Bien que connaissant l’auteur de nom, je ne m’étais jamais plongé dans un de ses roman, et au final c’est la mention « Le nouvel Harlan Coben est allemand ! » présente sur la quatrième de couverture qui m’a convaincu d’essayer, étant un grand fan de ce dernier.

Quatrième de couverture

Un psychopathe sévit dans les environs de Berlin. Lorsque la police retrouve ses victimes, elles sont vivantes et ne présentent pas la moindre trace de maltraitance physique. Mais elles sont psychiquement anéanties, comme privées de conscience… D’où le surnom que lui a donné la presse : le Briseur d’âmes.

Caspar, un amnésique interné dans une clinique spécialisée, n’aurait jamais imaginé croiser son chemin. Et pourtant, en cette veille de Noël, alors qu’au-dehors une tempête de neige fait rage, lui, le personnel médical et quelques patients se retrouvent enfermés dans la clinique, coupés du monde… en compagnie du Briseur d’âmes.

Et, cette fois, il tue !

Histoire

Le livre commence alors qu’une femme semble se faire torturer par un homme. Rapidement, une ellipse montre des officiers de police la découvrant, attachée sur une chaise dans un motel, qui ne semble réagir à rien. Cette femme essaie de parler, parle même, mais aucun son ne semble sortir de sa bouche. Et alors qu’ils trouvent un morceau de papier sur lequel se trouve une énigme, elle apprend avoir été victime du Briseur d’âmes. Nouvelle ellipse, et la voici de nouveau entre les mains du psychopathe.

Ensuite, « Aujourd’hui, 23 décembre », nous faisons la connaissance avec un professeur pour le moins curieux, ainsi qu’un petit groupe de personnes, réunis autour d’un dossier. Le professeur souhaite les faire participer à une expérience, et pour cela ils devront lire le dossier d’une traite, sans poser des questions, et donner leur avis ensuite. Cette expérience rémunérée semble convaincre tout le monde, jusqu’à ce que le professeur leur demande de signer un document indiquant que « le sujet renonçait à poursuivre l’université pour toute séquelle psychosomatique qui pourrait résulter de sa participation volontaire à l’expérience ».
Seul un couple d’élèves, motivés à la fois par l’intrigue et l’argent, acceptent, et se mirent donc à lire docilement le dossier médical nous contant l’histoire de Caspar, un amnésique interné dans un asile spécialisé, ainsi que de son médecin Sophia et une poignée d’autres patients et salariés de l’hôpital. L’arrivée du Briseur d’âmes dans l’établissement fera de cette veille de Noël un souvenir intarissable pour tout le monde.

Critique

Dès le départ, avec la torture de la jeune femme, le lecteur apprend à craindre le Briseur d’âmes. Les détails de cette torture, bien que très courte, suffisent amplement à cerner le personnage, et à comprendre que l’homme est extrêmement doué et gravement sadique. Et c’est une des première réussite de l’auteur pour ma part : le « méchant » est fascinant dès la première page.
Ensuite, les passages avec le professeur et ses deux élèves installent une ambiance sombre et mystérieuse, juste après la première scène violente et dérangeante. Et lorsque l’histoire commence réellement, avec Caspar l’amnésique, le lecteur est déjà dans l’expectative et aux aguets des terribles choses qui vont se dérouler.

Nous sommes ensuite présentés aux différents personnages, peu nombreux mais tous importants, puisque l’on comprend vite que l’on va avoir droit à un huis-clos. Bien qu’aucun personnage ne m’ait déplu, il faut avouer qu’il rentrent tous ou presque dans un archétype. Sophia, la jolie psychologue proche de ses patients et notamment de Caspar, Rassfeld, le directeur de la clinique, autoritaire mais couard et incapable de prendre les bonnes décisions au bon moment … Mais au fond, ça ne m’a absolument pas dérangé, et bien que quelques clichés furent utilisés, force est de constater que ce mélange de personnages sert complètement le récit.
Le début est un peu long, mais permet de mettre en place quelques intrigues secondaires et de mieux cerner les personnages. Il nous permet également de faire redescendre un peu l’attente, après les premières scènes débordantes de promesses. On se prend déjà au jeu de deviner qui va faire quoi lorsque le Briseur d’âmes sera présent, ou même qui mourra en premier.

Le rythme est soutenu. Dès l’arrivée du tueur tout se chamboule, et ni les protagonistes ni notre imagination faiblissent un seul instant. Les évènements s’enchainent tels un rouleau compresseur, et les émotions dégagées par l’auteur nous fait passer par tous les stades. Et bien que certains clichés viennent s’ajouter au récit (comme la scène où chacun s’accuse d’être le véritable Briseur d’âmes), elles vont jusqu’au bout des choses, et entrainent le récit beaucoup plus loin que l’on s’y attendait, tant dans la violence que dans l’intrigue.

L’auteur manipule complètement son récit, ses personnages, et ses lecteurs. Les personnages, très humains, disposant de leur peurs et leur faiblesses, rendent le tout très oppressant, comme si nous faisions partie de ce huis-clos, et, bien sûr, le décompte « X minutes avant la Peur » inscrit avant chaque chapitre nous fait attendre des scènes encore plus soutenues que les précédentes.
Caspar, retrouvant petit à petit des bribes de mémoire au fil des évènements, en devient un personnage très touchant, très humain, et très fascinant.
Tout le récit est saupoudré de nombreuses discussions et débats autour de la psychologie et la médecine en général, et moi-même n’y connaissant rien, je n’ai jamais été perdu dans les explications de l’auteur, qui arrive à insérer tout ceci de manière très habile.

Enfin, le dénouement final est un modèle du genre pour moi. Les révélations, agrémentées par des explications fourniesn rendent le tout à la fois d’une tristesse et d’une innocence absolue.

J’ai acheté Le Briseur d’âmes quelques semaines après sa publication, et il fut certainement mon coup de cœur de l’année.

Les plus et les moins

Les Plus

– L’ambiance, transmise dès la première scène du livre.
– Les personnages, et la relation entre Caspar et Sophia.
– Le tueur, fascinant et terrifiant dès la première scène.
– La cohérence de tout le récit.
– L’auteur va jusqu’au bout de ses idées, rendant les scènes violentes et perturbantes, effaçant même la présence de clichés.
– Le dénouement, très inattendu, à la fois triste et poétique.

Les Moins

– Quelques clichés, dans les personnages ou les scènes, auraient pu être évités.

Plume-05

Conclusion

Pour reprendre la fameuse phrase du professeur, au moment de faire ses signer ses élèves :
« Le lecteur renonce à poursuivre l’auteur pour tous frissons de peur, d’excitation et de plaisir qui pourrait résulter de sa lecture volontaire du Briseur d’âmes ».

Sideara
Moi c'est Fabien, 26 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Inscription