Le secret de l’inventeur – Andréa Cremer

Coups de coeurs Steampunk/Cyberpunk

Le secret de l'inventeur

Le secret de l’inventeur est une trilogie créée par Andréa Cremer parue en 2014. Rébellion est le premier tome de la série.

Quatrième de couverture

Imaginez un monde où l’Empire Britannique aurait écrasé la rébellion qui à donné naissance aux États-Unis d’Amérique …

Dans ce 19eme siècle alternatif, Charlotte, 16 ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres enfants de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la Cité Flottante de New-York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire et lui sauve la vie.

Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, auprès de ses compagnons de lutte, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses camarades, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace … Des décharges de métal de l’Empire, infestés de rat cuirassés, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthique de la Guilde des Inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Histoire

Andréa Cremer nous plonge dans un univers steampunk avec une pointe de magie Vaudou.

L’histoire raconte la vie d’enfants vivant dans les Catacombes, quartier général de la révolution contre l’Empire Britannique, et nous y fait suivre plus particulièrement cinq adolescents. Charlotte, devenue l’héroïne, de Grave le jeune homme amnésique. Ils sont accompagnés par Jack, bras droit et meilleur ami du chef des Catacombes, Meg, amie de longue date de la jeune fille (considérée comme la « maman » des petits du réseau souterrain) et bien sur Ash, le frère de Charlotte mais également le chef des Catacombes.
Dans cette ambiance ou les adolescents deviennent des adultes avant l’heure, ils partent en mission d’infiltration dans la capitale même de l’Empire Britannique. Là-bas, deux missions les attendent: infiltrer l’ennemi afin de faire échouer une bataille capitale et trouver les origines de Grave. Cette quête d’ailleurs va les amener à fréquenter toutes les castes de l’Empire, des ouvriers aux ecclésiastique, allant même jusqu’à entrer dans les cercles de la magie Vaudou.

Critique

En tout premier lieu, ce livre m’a plu dès sa couverture, je ne connaissais pas du tout l’univers steampunk et franchement, l’image est vraiment attrayante. Quant au contenu eh bien c’est simple, dès la première page, j’ai adoré le style et l’univers. Si bien, qu’à la fin du premier chapitre je dévorais le livre et eu beaucoup de mal à m’arrêter ! La suite me donna raison et ce livre s’est rangé parmi mes coups de cœur avant même la fin.

L’histoire est vraiment bien nourrie, bien sûr il m’est vraiment difficile de vous en parler sans risquer de trop vous en dévoiler, mais par exemple les décors sont vraiment peints avec justesse, il n’est pas difficile de s’immerger dans le livre, l’ambiance est posée avec les décors et nous enveloppe dans un cocon d’où nous observons les scènes comme si nous y étions. En restant dans le même registre, moi qui adore les boites à musique et tous le travail d’orfèvrerie, je fus absolument conquise d’en découvrir l’imagination de l’auteur particulièrement dans la capitale. Je ne sais pas où l’auteur s’est inspirée pour ces détails-là, mais tout ce que je sais, c’est que j’aimerais avoir ces objets-là chez moi !

Les personnages ont tous un caractère différent qui les rendent attachants. On assistera au combat, plus où moins intérieur de Charlotte entre ses envies de révolte adolescente contre l’autorité, et la maturité s’installant en elle rapidement et lourdement par une situation de menace d’une guerre imminente. Ash son frère, doit faire front tous les jours entre le caractère de sa sœur et la responsabilité de mener une révolte invisible mais efficace. Grave, dont l’amnésie le rend aussi vulnérable qu’un nouveau-né et par conséquent aux réactions parfois surprenantes. Et il y a aussi un couple de personnages que j’adore et que je regrette de ne pas avoir vu plus dans le livre : Scoff et Pip. Le premier est un inventeur de potions aux effets secondaires souvent loufoques, et la seconde est son assistante et cobaye au caractère jovial, un vrai vent de fraîcheur et de bonheur.

J’en viens au seul « point noir » du livre: Le fait que nous devinons trop vite à mon goût le « secret » de Grave. Pour autant, je pense que c’est un joli « fait exprès » de la part de l’auteur, car nous comprenons à quel point il est unique avant qu’elle ne décide de nous le dévoiler. D’ailleurs, dans la quête cherchant à savoir son identité, nous prenons connaissance avec le peu de religion qui coexiste dans ce monde mécanique ainsi que de la magie vaudou qui apportera des révélations sur un autre des personnages (mais je ne vous dirai pas qui, vous devrez le découvrir vous-même).

Les plus et les moins

Les Plus

-Univers steampunk très riche
-Alternative de l’histoire cohérente
-Les personnages riches en personnalité.
-Promesse d’une suite tout aussi géniale.
-Histoire suivant un fil rouge invisible, mais apportant plein de rebondissement
-Les boites à musique

Les Moins

– Aucun moins, ce livre est mon coup de cœur. Son seul défaut est que je ne possède pas encore la suite.

Plume-05

Conclusion

Pour conclure, si vous n’avez jamais lu de steampunk je vous recommande particulièrement celui-ci, il vous donnera sans nul doute le goût de la lecture et plus encore de cet univers. De bout en bout, ce livre se lit merveilleusement bien, il se dévore même ! Les rebondissements s’enchaînent sans étouffer la lecture et le lecteur de trop d’informations. Le rythme suit les péripéties des aventuriers entre les missions annexes et l’histoire d’amour se liant entre deux personnages, donnant lieu à des scènes où vous pleurerez comme rirez avec eux. Andréa Cremer gère son univers avec brio et sait nous manipuler afin que nous découvrions les secrets et leurs ampleurs en temps voulu.

Ysyhteha
Jeune maman de bientôt 32 ans, j'ai toujours adoré lire depuis toute petite. Car étant très timide, c'est vers eux que je trouvais refuge. Passé l'école primaire, je me suis un peu détourné des livres pendant une année avant de retrouver cette passion en cinquième grâce à mon professeur de Français (merci à elle) Depuis je ne cesse de vouloir remplir mes bibliothèques de nouveau livre que je pourrais relire à volonté. (Mme Bovary est mon préféré) Maintenant, je lis de super histoires à ma fille et lui donne ma passion de lire.

1 commentaire

  1. Salut je vois que cette critique est vieille (un peu quoi …) mais je commente quand même découvrant votre site ! J’adore parce que j’ai lu beaucoup des livres que vous avez critiqué, du coup je m’y retrouve.

    Celui-là m’intéresse beaucoup mais as-tu lu la suite ? Elle vaut le coup ?

    Répondre

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Inscription