Les Âmes Croisées – Pierre Bottero

Fantasy Science-Fiction

les-c3a2mes-croisc3a9es_pierre-bottero

Les Âmes Croisées est un roman de Pierre Bottero, publié en 2010 à titre posthume. Il s’inscrit dans la continuité de ses précédentes oeuvres, et j’ai retrouvé avec bonheur le style léger qui le caractérise.

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Quatrième de couverture[/su_heading]

 » Qui veux-tu être, Nawel ?
Qui veux-tu vraiment être ?  »
Elle le savait désormais
– Je me nomme
Nawel Hélianthas
Un vœu, un simple choix,
possédait-il le pouvoir d’orienter
une existence entière?
– Je sollicite le droit et l’honneur de revêtir…
Un mot, un unique mot
pouvait-il devenir une clef ?

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Histoire[/su_heading]

Nawel Heliantas est une jeune fille arrogante et exigeante. Nawel Heliantas est l’héritière de l’une des plus grands familles d’Anknor. Nawel Heliantas est une Perle au destin tout tracé, membre de la haute société jurilane. De par son sang et son nom, elle est vouée à porter la prestigieuse Robe de Mage, et à régner sur les Cendres pour qui elle n’éprouve que dédain.

Mais un accident dans la ville Cendre la changera en profondeur, et bouleversera à jamais sa vision des choses. Nawel s’interroge alors sur la voie qu’elle doit suivre. Entre les mouvements politiques de sa mère et la réalité de la souffrance des Cendres, elle voit s’ouvrir une autre voie, jusque là ignorée ; une voix qui la mènera à redécouvrir sa propre personne et le monde dans lequel elle vit, et fera apparaître les mystères d’un passé révolu…

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Critique[/su_heading]

Après avoir dévoré les trois cycles d’Ewilan, je ne pouvais pas ne pas acheter ce livre. Les styles poétiques sont mes préférés, et Bottero a probablement été le premier à me faire cet effet, il était donc hors de question que je fasse l’impasse sur Les Âmes Croisées, d’autant plus que la couverture me faisait de l’œil depuis quelques jours déjà.

Ce roman, assez conséquent par rapport à ses autres œuvres, s’inscrit dans la continuité des trilogies d’Ewilan, du Pacte des Marchombres et de L’Autre. Dès les premières pages, on retrouve le style particulier de Bottero, léger et poétique, caractérisé par des images singulières et un rythme mouvant. Très vite, on se laisse emporter par ses mots : ils rythment les courses effrénées, l’angoisse du choix, la confrontation. L’écriture est incroyable de fluidité, on croirait être sur un voilier, et faire pleines voiles sur des paysages lumineux.

Les chapitres, souvent assez courts, donnent un rythme relevé et marquent d’autant plus la surprise et la peur de Nawel. On pourrait croire que la brièveté de ces chapitres permet de lire tranquillement, de s’arrêter quand il nous plaira. Pas du tout ! Vous vous retrouverez à vous dire « Allez, un petit chapitre de plus ! » et, de fil en aiguille, on atteint les dernières pages du roman, incapables de détacher les yeux des mots de Bottero.

L’histoire est très prenante, on découvre l’univers peu à peu. Le roman prend place à la veille du choix de leur fonction, de leur Robe, par les Aspirants dont Nawel fait partie. Ca nous permet de rapidement discerner le fonctionnement de cette société, et surtout le clivage entre Perles et Cendres. Beaucoup d’événements se produisent au fil du roman et sont racontés de manière magique : on est littéralement happés dans la succession de choix et d’actes qui se présentent.

Les personnages principaux sont travaillés, pas trop lisses, avec un caractère suffisamment marqués pour qu’ils ne se fondent pas dans la masse. Au fil des pages, on suit l’évolution du caractère de Nawel : d’adolescente arrogante et au caractère très fort, elle change en même temps qu’elle se découvre elle-même. Un équilibre entre qualités et défauts, des amitiés, des interrogations et des hésitations, c’est donc un personnage auquel on n’a aucun mal à s’identifier. Et on se prend au jeu, on se prend d’amitié pour elle, et c’est finalement une véritable leçon de vie que nous délivre Bottero à travers les yeux et les pensées de Nawel.

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Les plus et les moins[/su_heading]

 

Les Plus

– Le style de Bottero, qui combine parfaitement fluidité et poésie
– Le rythme et le découpage du roman
– L’évolution de Nawel à travers une période majeure de sa vie

Les Moins

– Toute l’histoire derrière le monde décrit, que l’on aura malheureusement jamais (mais que l’on ne peut reprocher à personne cela-dit)

Plume-05

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Conclusion[/su_heading]

Une fois de plus, Pierre Bottero a réussi à m’embarquer dans un autre monde à travers sa plume. Il faut savoir que Les Âmes Croisées ne devait pas être un roman seul, mais bien le premier tome d’une série qui aurait constitué le lien entre les différentes trilogies précédentes. Ceux qui ont déjà lu ces trilogies reconnaîtront sans aucun doute les éléments qui apparaissent dans l’épilogue, et les autres détails ici et là. La fin, bien que n’en étant pas réellement une, offre au lecteur la possibilité d’imaginer la suite de la vie de Nawel, et ce qu’elle y rencontrera.

Les Âmes Croisées tient sa promesse d’une histoire poétique et légère, avec toute la délicatesse de Bottero et un univers lumineux. Je le recommande à tous, adolescents comme adultes, que vous connaissiez déjà cet auteur ou non ; dans ce dernier cas, vous n’aurez plus qu’une envie, vous lancer dans l’une de ses trilogies.

Salut ! Je suis une étudiante de 18 ans, en CPGE scientifique, et j’ai commencé à lire très tôt, au grand damn de mes institutrices. Très timide, je me plongeais dans les univers d’heroic fantasy où volaient dragon et fées. En grandissant, je me suis tournée vers la science-fiction, la littérature classique et, plus récemment, les romans psychologiques. Passionnée de psychologie et psychanalyse depuis plus d’un an, je veux en apprendre toujours plus sur les mécanismes de l’esprit et de la société. Mon chez-moi est rempli de livres en tout genre, partout et dans tous les coins. Les passages à la librairie sont la plus grande peur de mon portefeuille... Et comme si ça ne suffisait pas, je trouve toujours moyen d’emprunter des livres, que ce soit à des amis (Pierre, si tu m’entends... merci !), à la bibliothèque, ou à des membres de la famille. D’où qu’ils viennent, quels qu’ils soient, les livres sont bienvenus chez moi !

4 Commentaires

  1. Salut, salut !
    Je suis un grand fan de Pierre Bottero, j’ai lu tous ses livres j’ai vraiment ADORÉ la trilogie d’Ewilan et du Pacte des Marchombres, l’univers est vraiment INCROYABLE.

    C’était il y a un petit moment déjà, mais je me souviens que j’avais vraiment été déçus de ce livre, ça nous laisse vraiment mais vraiment sur notre faim (même si pour le coup c’est pas la faute de l’auteur) et j’aurais vraiment aimé connaître la finalité de tout ça.

    Comme Shynis, je conseille vivement cet auteur. C’EST TOP.

    Répondre
  2. j’ai lu que Ewilan et j’ai adoré aussi ! Celui la me tente pas trop il vaut vriament le coup ?

    Répondre
  3. Bien que pour certains il peut être décevant, voir même frustrant, de ne pas savoir comment le tout se termine, il n’en reste pas moins que la lecture de ce roman permet tout de même à ses lecteurs de compenser cette perte en les faisant vibrer d’émotions. Une émotion intense qui nous pousse à imaginer la fin par nous même. De mon côté, je ne suis pas resté sur ma faim, bien que je dois avouer que j’ai terminé ce livre avec une pointe de nostalgie…

    Répondre
  4. Oui, Les Âmes Croisées se suffit à lui même finalement, il n’y a pas de sentiment d’inachevé, ou du moins pas trop. Mais c’est vrai que j’ai regretté de ne plus pouvoir lire de nouveaux romans de Bottero… Mais je pense que le roman clôt d’une jolie manière son travail.

    Répondre

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

non ante. felis tristique elementum libero quis et,