La Ménopause des fées – Gudule

Non classé

la menopause des fee couv

La ménopause des fées de Gudule soit on accroche dès les premières lignes, soit on le repose bien sagement. J’avoue avoir été intrigué et puis, suivre les pérégrinations de cette petite famille semblait plutôt amusant, et ça l’a été !

Quatrième de couverture

 » Depuis la disparition de sa forêt de BrocéliandeM.Merlin s’est réfugié dans la station de métro du même nom, dans le 18e arrondissement de Paris, Avec tout son état-major. Lui, il s’est approprié le banc du bout du quai. Ses trois fées, ViviMoorgën et clochette, ont élu domicile dans les poubelles. Bref, rien n’est plus comme avant.
À moins que… Mais oui, le vieux Merlin a un plan pour le renouveau, le retour de la Légende, les châteaux-forts, les quêtes et tout et tout ! 
À la tienne et qu’ça saute !  »

Histoire

Ce livre raconte les parcours entremêlés de plusieurs personnages, et une fois rentré dans le livre, tout prend un autre sens .. Le vieux SDF décharné qui parle à ses poubelles devient Merlin Empereur déchu de la forêt de Broceliande, une employée de salon de coiffure nommé Linda Graal devient le précieux Calice connu de tous, et un vieux facteur homosexuel (le Pere Cheval) devient désormais LE Perceval ! Vous l’aurez compris, ce livre est complètement barré ! 
L’histoire est construite plus ou moins comme un conte, avec une situation initiale, un élément perturbateur et une tonne de péripéties menant toute cette joyeuse bande jusque dans leur Brocéliande natale devenu un merveilleux parc HLM à l’abandon…
Je n’en dirais pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, mais si, déjà ce que je vous expose vous intrigue, vous devriez aimer La Ménopause des Fées.

Critique

Qu’on se le dise tout de suite, ce livre est un de mes coups de cœur de cette année, c’est frais, drôle, totalement barré… Et ça fait du bien !
On en oublie très souvent l’absurdité de la situation, quand Merlin hurle complètement Ivre dans la station crasseuse du métro de Brocéliande qu’il a enfin trouvé le Graal, on saute de joie, si on ne tenait pas dans nos mains ce livre de 400 pages, on l’applaudirait, alors que les passants, comme nous toute une fois hors de nos bibliothèques voyons un pauvre SDF qui perd un peu la boule… 
L’histoire avance à différentes vitesses, parfois tout s’accélère à une vitesse folle, car on met la main sur un ancien parchemin mystique (qui s’avère être issu de la folie de notre Père Merlin voyant dans les petites annonces d’un journal Crasseux une carte à déchiffrer), parfois pendant quelques pages, il ne se passe plus grande chose, nos héros sont dans l’impasse, mais c’est sans compter (comme dans un conte) sur une nouvelle péripétie dont nos héros n’avaient vraiment pas besoin, mais qui est pour nous un nouveau moyen de voir comment tout ceci va évoluer… 
En parlant des personnages, ils ont de prime abord un aspect simple, étant seulement défini par un rôle ou un métier (policier, tenant d’un salon de coiffure pour femmes âgées) mais on s’aperçoit rapidement que le tableau qui semble d’abord univoque cache de nombreuses choses et chaque personnage est une réelle mine d’or à découvrir et exploiter au fil des pages. Seul petit regret, si certains personnages sont réellement exploités, d’autres, tout aussi intéressant semble avoir été laissé en second plan, et quitte le navire presque sans même que l’on s’en rende compte… 
Le style est simple, mais terriblement efficace, pas d’envolée lyrique, mais des envolée de noms d’oiseaux au-dessus des pigeons malades parisiens, ce livre, s’il a un aspect enfantin, n’en ai rien, que je le dise plus simplement dans ce livre, on boit, on baise, on fume (de tout et surtout de n’importe quoi) on emmerde la police, on insulte les gays avant de se rendre compte d’une sexualité refoulé en somme, c’est un conte pour adultes d’aujourd’hui ! Rien n’est caché et tout fait purement et simplement VRAI ! Linda est une fille de banlieue, peu instruise et employée d’un salon de coiffure minable, et bien quand un homme lui fait des avances (purement et simplement sexuel) elle lui répond du tac au tac  » Nique ta mère, gros fils de pute », cela peut paraître très grossier et desservant presque le propos en dressant des caricatures sociales, mais pour moi il n’en ai point, cela renforce le  »vrai » doublement ! 
Vous l’aurez compris, ici, on marie le fantastique (un peu poussiéreux et en décrépitude) à un réalisme mordant, si l’équation semble d’abord impossible, Gudule l’a mène à son terme d’une main de maître ! La fée Morgan se fait à présent appeler Moorgen, étant devenu néo-nazie, et bien cela fait sens ! Tout est question d’approche et celle-ci est à chaque fois très réussie.

Les plus et les moins

Les Plus

 Un style simple servant le propos à merveilles
 Des personnages à la psyché profonde et vraiment intéressante
 C’est bête, mais, on s’y attache quand même à ce petit groupe

– Les pages défilent et ne se ressemblent pas

Les Moins

 Des personnages selon moi trop secondaire, qui s’effacent par rapport au héros

Plume-05

Conclusion

Il y a réellement ici mon gros coup de cœur de cette année, La ménopause des fées est de base en 3 tomes et pour les 10 ans de Bragelonne (éditeur du livre) un livre intégrale d’environ 400 pages à été tiré et c’est un réel bonheur ! Je ne le recommande pas, je vous supplie de le lire rapidement, car il est très, très bon ! 

Kouti
Hey ! Moi, je suis Quentin, ou Kouti, enfin, c'est comme vous voulez, j'ai 17 ans et suis un fou de bouquin depuis ma plus tendre enfance (ce qui remonte à pas si longtemps au final). J'ai un faible pour la BD ainsi que pour le roman court, j'aime les histoires qui vont droit au but et pas les romans en 25 tomes. Mon style de prédilections est ... Plus ou moins tous au final, je suis assez ouvert aux nouvelles découvertes et j’apprécie surtout conseiller de bons bouquins !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Inscription