Myrihandes – Tome 1 : Le secret des Âmes-Soeurs – Guilhem Meric

Coups de coeurs Fantasy

MyrihandesLe tome 1 de la saga Myrihandes vient tout juste de sortir, grâce notamment au financement participatif via la plate-forme Ulule. Nous avons, Ysyhteha et moi, découvert ce livre un peu avant la fin de la campagne Ulule.

Quatrième de couverture

Pour son premier roman, Guilhem Méric nous offre une aventure de fantasy dans un univers inspiré par les mythologies grecques et latines. Une aventure inoubliable.

« Sur la montagne Pan-Kaïa, siège des Trois Cités et dernier refuge des Hommes de ce monde, Sisam et Helya partagent une extraordinaire amitié.

Arrachés brutalement l’un à l’autre, ils se retrouvent quinze ans plus tard pour apprendre qu’ils sont des Âmes-Sœurs, capables de faire revivre les Myrihandes : des êtres aux pouvoirs de légende, aux âmes unies en un seul et même corps.

Leur existence, hélas, est hors-la-loi. Œuvrant sous l’autorité d’un lointain seigneur répondant au nom de Kryom, les Gouverneurs des Trois Cités exercent depuis toujours une terrible oppression sur les Âmes-Sœurs, afin que nul Myrihande ne renaisse en ce monde.

Pour sauver leur amour, mais aussi libérer toutes les autres Âmes-Sœurs prisonnières des Cités, Sisam et Hélya vont devoir tout apprendre du lien secret qui les unit, qui pourrait faire d’eux le plus sage et le plus puissant des Myrihandes. »

Histoire

C’est vrai que cette quatrième de couverture en dit déjà beaucoup, voire trop. Mais je vais un petit préciser certains points, notamment en ce qui concerne les deux personnages principaux.

Sisam et Helya sont les meilleurs amis du monde. Deux enfants, innocents, dévoués l’un à l’autre comme rarement deux personnes sont dévouées l’une envers l’autre. Mais, un soir, alors qu’ils entament une sorte de danse tout en chantant une comptine qu’ils ont inventé tous deux, une étrange lueur jaillit de leurs mains jointes, grossissant de plus en plus, cherchant presque à les envelopper.
C’était sans compter sur d’étranges hommes masqués, incroyablement agiles et silencieux, qui interrompent ce moment et capturent Helya avant de s’enfuir sans un mot, au grand malheur de Sisam et de leur familles respectives.

Quinze ans plus tard, Sisam est devenu un talentueux menuisier à son compte, associé à son meilleur ami Oros. Resté toujours sans nouvelle d’Helya (dont Oros ignore même l’existance), il partage sa vie entre son métier et sa tante qui l’élève depuis tout petit.
Mais Helya n’est plus très loin.

Campagne Ulule

Comme je l’ai dit en introduction, le livre a pu être publié notamment grâce au financement participatif. Lorsque nous sommes tombés dessus, totalement par hasard, tout nous a plu : la couverture, le nom, le résumé … Pour la première fois, Ysyhteha et moi-même avons participé au financement d’un livre !

Un financement de cinquante euros, qui nous a valu le livre dédicacé, un remerciement spécial à la fin du livre, un CD incluant des musique que l’auteur a composé sur l’univers de Myrihandes, un badge ainsi qu’un lexique détaillant la langue ancienne de Myrihandes.
Fan de Tolkien depuis mon plus jeune âge, ayant un goût particulier pour les langues, et ayant créé une langue entière (avec sa conjugaison etc) pour mon projet de roman, je ne pouvais résister face à ce dernier « cadeau« .

Au delà de l’appréciation que je vais vous donner, je dois dire que nous sommes fiers d’avoir pu apporter une petite pierre à cet édifice, et, si les finances le permettaient, on le ferait certainement de manière plus régulière !

Critique

Bon, comme vous pouvez le voir, y’a quand même une attente particulière avec ce livre, et j’avoue que ç’a été un rude combat à la maison pour savoir qui d’Ysyhteha ou de moi-même allait le lire en premier. Au final ma galanterie (et le respect des plus vieux) a joué en faveur de madame. Je vais vous donner l’avis d’Ysyhteha en une phrase sur ce livre : « Putain, c’est juste génial !« . Oui, elle a une certaine tendance à la vulgarité.

Pour elle, le livre ne possède pas de défauts ! Malheureusement pour Guilhem Meric, c’est moi qui en fait la critique. Mouhahahaha. Alors, Mr Meric, effrayé ? Non ? … Oui, c’est génial ! Mais …

Oui, ce livre est génial ! D’abord, l’univers est vraiment original, et est très bien intégré. Les descriptions des lieux sont très imagées, et aucun endroit ne vous paraîtra flou.

Les personnages, principaux ou secondaires, sont très bons également. Mention spéciale pour Sisam et Helya, qui sont vraiment extraordinaires. Ils sont attachants, émouvants, possèdent une vraie personnalité, et leur relation est très très bien décrite. On ne sait finalement jamais quel type d’amour ils éprouvent l’un pour l’autre, si c’est de l’amitié au delà de ce qu’on peut imaginer ou de l’amour. Ou un mélange des deux. C’est une vraie force de ce roman.
Car oui, les Âmes-Sœurs ne sont pas que des « amoureux« . Il peut s’agir d’un père et d’une fille, de deux sœurs ou de n’importe quel duo. La seule condition : ne vivre que pour être avec l’autre.
Et ça, c’est un vrai tour de force ! Déjà car ça donne lieu a plusieurs scènes vraiment touchantes, mais en plus parce que ça casse complètement le côté un peu niais qui pourrait découler d’un récit uniquement amoureux.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Je ne vais pas vous révéler les noms ni les rôles, mais beaucoup d’entre eux sont très bons. Tous les compagnons entourant Sisam et Helya sont très bien faits, Oros également.
J’ai cependant trouvé que les gouverneurs n’étaient pas exceptionnels et entraient un peu trop dans des archétypes. Mais bon, leur rôle, en tout cas dans ce tome, est assez minime, alors c’était pas dérangeant plus que ça.

Les personnages réussis et touchants, couplés à une plume efficace, font que ce roman provoque de nombreuses émotions tout au long de sa lecture. J’ai ri en lisant les jurons insensés d’un vieux un peu fou, été touché par les moments entre Sisam et Helya, eu la larme à l’œil sur de nombreuses scènes … Guilhem Meric n’entraine pas le lecteur dans une prose compliquée (qui n’est pas toujours négatif pour ma part : cf mon amour pour Tolkien), mais dans un récit très imagé, laissant juste ce qu’il faut d’imagination au lecteur.
Le réalisme du récit, malgré ses touches fantasy, est aussi un plus, de même que les quelques illustrations en fin de roman, plutôt réussies.

Pour en venir aux quelques points négatifs, je dirai que l’histoire du premier Myrihande, racontée en début de roman, m’a parue très floue et je n’ai pas tout compris (ce qui n’engage que moi, Ysyhteha hausse d’ailleurs les yeux au ciel) et tout ce qui tourne autour de son « mythe » (je n’en dirai pas plus) aussi.
Enfin, je trouve qu’il y a trop de « paliers » de méchants dans ce tome. On peut voir les gouverneurs et leurs armées comme un premier niveau, mais il y en a d’autres (Morlhed, le premier Myrihande, le « Dieu » …). Je n’ai pas vraiment aimé cet aspect-là, malgré le charisme de Morlhed (dont je ne dirai rien pour ne rien révéler), en espérant en découvrir plus sur les « grands » méchants dans le prochain tomes, qui restent pour le moment très obscurs.

C’était tout de même une joie de lire ce roman, qui m’a transporté du début à la fin. Même s’il a des défauts, pour ma part, il mérite amplement son statut de coup de cœur !

Les plus et les moins

Les Plus

– L’univers, très bien intégré
– Les personnages, Sisam et Helya en tête
– La plume très imagée de l’auteur
– Le concept des Âmes-Sœurs, surtout le côté « amitié ». Un véritable tour de magie !
– Un récit qui fait ressortir des émotions

Les Moins

– Les méchants, un peu trop clichés
– La pyramide de méchants
– L’histoire autour du premier Myrihande, un peu floue.

Plume-05

Conclusion

Je ne regrette pas l’investissement mis dans ce projet, c’est un vrai coup de cœur pour nous deux !

Sideara
Moi c'est Fabien, 26 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Inscription