Pax et le petit soldat – Sara Pennypacker

Roman jeunesse

Pax et le petit soldatParu en 2017 chez nous, Pax et le petit soldat m’a tout de suite attiré par sa couverture, vraiment très belle ! Acheté quasiment à sa sortie, j’ai mis du temps à le lire, mais ma lecture s’est faite d’une traite, commencée un soir, pour finir dans la nuit …

Quatrième de couverture

« La guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s’engage dans l’armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu’il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s’enfuit à la recherche de son renard.
Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d’une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce. »

Critique

Attention, parce que j’ai vraiment envie d’évoquer la fin du livre, et d’y donner mon avis, cette critique contiendra des révélations très importantes sur l’intrigue et vous révélera la fin. Libre à vous de sauter le passage révélateur, que j’indiquerai !

Je l’ai aperçu en librairie il y a quelques mois, mis en avant, avec sa couverture absolument superbe. Puis, quand on l’ouvre, on s’aperçoit même qu’il y a quelques petites et modestes illustrations qui parsèment le livre. Pax et le petit soldat est d’abord un superbe objet.

J’ai été séduit dès le départ !

Parlons d’abord de l’histoire. Le début est d’une tristesse absolue. J’avoue être un grand sensible, question amitié, amour, et, lorsqu’il y a des animaux, je pense toujours à ma chatte dont j’ai toujours la hantise qu’elle disparaisse !
Mais voilà, Peter, du haut de ses 12 ans, s’enfuit, et tente de retrouver son renard, abandonné à des centaines de kilomètres de là où il se trouve !
L’histoire est belle, poétique, pleine de poésie, d’émotions en tout genre, mais on sent également énormément cette amitié qui lie ces deux personnages.

Le récit aborde les deux côtés, suivant tantôt le garçon et tantôt le renard. L’auteure, de part sa plume, produit un véritable chef d’œuvre narratif. Comme dit juste avant, les émotions sont là, la poésie également, et le récit fait passer le lecteur par tous les stades ! Tristesse, mélancolie, espoir … C’est une histoire qui fait appel à la sensibilité de chacun.
L’auteure manipule aussi parfaitement son récit, changeant sa façon d’écrire en même temps qu’elle change de personnage.

Pax est un livre pour enfants (+10 ans selon la quatrième), et, à côté de cette formidable histoire d’amitié, oppose des critiques à divers sujets : la guerre, la maltraitance animale, l’amitié, l’abandon, l’équilibre familial, l’éducation … Certains passages sont très durs, et le vocabulaire se fait assez cru. La guerre notamment, est dépeinte avec une noirceur étonnante par rapport au lectorat ciblé.

Pour parler rapidement des personnages, qui sont très peu nombreux, il y a évidemment un coup de cœur pour Peter et pour Pax. Touchants, humains, ils sont absolument parfaits !
Le père de Peter est une caricature de méchant de dessins animés façon Disney (comprendre-là qu’il va tout regretter), mais ça ne pose pas de problèmes dans ce récit, tant les deux personnages principaux sont forts.
Les différents petits personnages que Pax vont rencontrer sont plutôt à la hauteur, mais sans plus.
Peter va également rencontrer une femme, qui représente aussi un excellent personnage, porteuse de leçons, et qui permettra à Peter d’en apprendre beaucoup sur lui-même. Je n’en dis pas plus !

Bref, pour moi, ce livre est absolument parfait, en tout points … Si on retire la fin !

Révélations concernant la fin !

Vous ne vous en doutez pas encore à la lecture de cette critique (quoique), mais oui, la fin est extrêmement classique, vue, revue, clichée même ! Car oui, Pax, dans son aventure, va évidemment rencontrer d’autres renards, avec qui il va se lier – difficilement – d’amitié ! Élevé depuis toujours dans une maison, l’adaptation sera difficile, mais, bien entendu, une femelle renarde va lui permettre de dépasser tout ça !

Et donc, la fin ! Peter, qui a parcouru 500km, à pieds pour une bonne partie du trajet, du haut de ses 12 ans. Qui a fugué de chez son grand-père avec sa lampe torche, le souvenir de la carte de la région et deux barres de céréales en poche. qui s’est fracturé les jambes à force de marcher. Qui n’a jamais abandonné son renard, à en pleurer chaque nuit depuis leur séparation … se retrouve nez à nez avec Pax et sa nouvelle famille (pas encore de gosses, c’est déjà ça en moins !) et le laisse partir, définitivement, ne pouvant même pas retenir ses larmes.

Certes, ç’a le mérite d’être « réaliste« . Après plusieurs semaines, presque des mois, le renard a fait sa vie. Mais outre le côté prévisible et totalement cliché de cette fin, j’ai été déçu, très déçu. Depuis le début c’est une histoire qui prône l’amitié jusqu’à un point de non-retour, et là, dans les toutes dernières pages, après l’horreur de la guerre, et le doute que Peter réussisse (oui, j’ai vraiment fini par douter !), l’un se sacrifie et l’histoire s’arrête, abruptement.

Les plus et les moins

Les Plus

– La couverture, le livre-objet
– Les deux personnages principaux
– L’amitié à un point inimaginable
– Une plume qui sait s’adapter aux personnages
– Prône des valeurs, et critique certaines choses

Les Moins

– La deuxième moitié du « côté Pax », un peu en-dessous
– La fin !

Plume-04

Conclusion

C’est un livre qui m’a vraiment touché. Je l’ai fini en pleine nuit, et je n’ai pas pu m’endormir suite à la lecture. Il mérite un 10/5 sur quasiment tout ses aspects, mais la fin a absolument tout gâché pour moi. Il faut rester un minimum cohérent, et juger un livre à la fois pour ce qu’il est et pour ce qu’on a ressenti en le lisant. En combinant les deux critères, Il mérite tout de même une excellente note !

Sideara
Moi c'est Fabien, 26 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Inscription