Le siècle Phénix – Tome 1 : L’Odyssée des Sœurs Fantômes – Thomas Henninot

Post-Apocalyptique Thriller/Polar

Le siècle phénixPublié en 2017, il s’agit du premier tome de la saga « Le siècle Phénix » de l’auteur français Thomas Henninot. J’ai moi-même approché l’auteur afin qu’il m’envoie un exemplaire de son livre, ce qu’il a rapidement accepté, ce dont je le remercie !

Quatrième de couverture

« En 2172, l’humanité se relève péniblement des cendres de la Grande Terreur, une crise mondiale survenue plusieurs décennies auparavant. À l’origine de ce bouleversement planétaire, une terrible maladie apparue à la fin du siècle précédent, « la Faucheuse ». Ce virus a provoqué des centaines de millions de morts avant d’être endigué, créant ainsi les conditions d’un déséquilibre mondial. La Faucheuse continue ses ravages en France, malgré les efforts de la famille Dernot, qui a découvert le vaccin et bâti sa fortune grâce à son combat acharné contre le fléau.

Juliette Dernot, héritière de la multinationale familiale, est une jeune prodige, promise à un brillant avenir. Ambassadrice des campagnes de vaccination et icône de la Fondation Asclépios, elle est épaulée par Jessica, sa meilleure amie, et par Alex, son compagnon. Mais un terrible accident de train vient bouleverser le destin prometteur de ces trois jeunes. Très vite, la violente explosion à l’origine du déraillement prouve qu’il s’agit d’un attentat dont Juliette est la cible. Qui sont les responsables ? Parviendra-t-elle à leur échapper ?

Le capitaine Verrier est dépêché sur les lieux sur sinistre. Après avoir recueilli le témoignage de Jessica, blessée lors de l’attaque, il sonne l’alarme et engage les recherches pour retrouver Juliette, qui a pu s’enfuir avec Alex. La course contre la montre est engagée. L’esprit affûté de Juliette et la compétence du capitaine suffiront-ils à défaire leur formidable ennemi ?« 

.

Critique

La quatrième de couverture nous vend pas mal de choses ! Peut-être un peu trop. J’avoue que la partie dystopie est assez discrète, tout comme la partie science-fiction. J’en attendais peut-être un peu plus, notamment en ce qui concerne le virus de « la Faucheuse » dont on ne sait pas grand chose au final.
Ça n’a pas gêné ma lecture, au contraire, car l’auteur a réussi à m’emmener ailleurs !

J’ai trouvé l’histoire plutôt originale. L’accident de train d’abord, puis la fuite de Juliette Dernot, sa recherche à la fois par la police et par les bandits. J’ai aimé tout ce côté là ! L’auteur, dès les premières pages, semble savoir où il veut aller, et on sent une réelle maîtrise de son intrigue. Toute la partie histoire et intrigue est donc excellente.

En ce qui concerne la plume de l’auteur, j’avoue être partagé. J’ai trouvé le récit et la narration plutôt efficaces, malgré quelques erreurs !
Le premier chapitre nous parle de La Louve, un personne assez mystérieux ainsi que de sa sœur. Cette introduction est écrite par un narrateur omniscient, donc à la 3ème personne. Puis, lors des chapitres suivants, tous ceux qui concerneront La Louve seront racontés par elle-même, à la 1ère personne. Déjà, ce changement est un peu déroutant, mais pourquoi pas.
Ce qui m’a sorti de l’histoire quelques fois, c’est que tous les chapitres concernant Juliette, les policiers, les bandits … bref, une autre personne que La Louve, sont également à la 3ème personne. Ce qui fait qu’on change tout le temps de narrateur, un coup il s’agit de La Louve, un coup il s’agit d’un narrateur omniscient. Je pense que c’est une erreur. En tout cas, ça m’a plutôt dérangé !

Une autre erreur découle du manque d’expérience de l’auteur (il s’agit de son premier livre, rappelons-le) : le format trop scolaire des descriptions. Les phrases sont souvent alourdies par l’envie de l’auteur de trouver des termes pour désigner ses personnages, au lieu de dire leurs prénoms. Les descriptions des personnages sont aussi extrêmement scolaires, et suivent toujours un schéma identique, ce qui les rend froides et impersonnelles.

Du côté des personnages, je les trouve dans l’ensemble bien faits. J’ai beaucoup aimé Juliette et ses amis, ainsi que le capitaine Verrier et ses collègues. J’avoue que La Louve ne m’a pas parlé plus que ça. Le personnage est un peu trop mystérieux pour s’y attacher, et j’aurai aimé en savoir plus à son sujet. Le fait qu’on entende ses pensées lors des chapitres qui lui sont concernés ne l’aide pas non plus à établir une empathie avec le lecteur.
Le seul vrai points noirs concernant les personnages, est que les « gentils » sont un peu trop « compétents« , surtout lorsqu’il s’agit de se battre. Juliette, qui n’a quasiment jamais tenu d’arme, va réussir l’exploit de tuer quatre ennemis en quatre balles (toutes ultra précises, et donc mortelles) par exemple. De même pour La Louve, qui sait utiliser un lance-roquettes ou toute sorte de grenades sans qu’on sache pourquoi ni comment.

C’est donc un avis moyen : une histoire originale et bien fichue, de bons personnages, une plume souvent efficace, mais qui souffre de plein de petits défauts, surtout dus au manque d’expérience.

Les plus et les moins

Les Plus

– Une histoire originale
– L’auteur maîtrise ses intrigues

Les Moins

– Pourquoi changer de pronom et de narrateur ?
– Des descriptions trop scolaires, parfois impersonnelles
– La Louve, trop distante et mystérieuse
– Des « gentils » trop forts au combat, sans raison

Plume-03

Conclusion

J’ai passé un bon moment de lecteur, malgré tout un tas de petits défauts, surtout grâce à cette histoire plaisante à découvrir !

Moi c'est Fabien, 26 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

ut dolor. sem, id, Praesent massa