Universal War One – Denis Bajram

Bandes-dessinées Science-Fiction

La_Genese_Universal_War_One_tome_1La saga Universal War One (ou UW1) a vue le jour entre 1998 et 2006. Elle est l’œuvre de l’auteur français Denis Bajram, qui mérite d’être bien plus connu !

Quatrième de couverture

« Entre Saturne et Jupiter, au cœur des jeunes États les plus prospères de la Fédérations des Terres Unies, la troisième flotte de l’United Earthes Force veillait inlassablement sur la périphérie du système solaire. Elle assurait, par son gigantisme, un incroyable sentiment de sécurité à ses habitants.

Mais LE MUR est apparu.

Si grand, si sombre, inondable.

Ici commence la Première Guerre Universelle. »

Critique

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, accrochez vous car cette saga va en laisser plus d’un sur le carreau !

Face un vous un univers détaillé, des personnages exceptionnels et un scénario … extrêmement compliqué. Pour vous expliquer tout cela, je dois d’abord vous parler un peu de l’histoire.

Nous sommes en 2098 et de nombreuses avancées technologiques permirent aux hommes de s’envoler dans le système solaire plus vite et plus loin, surtout la maitrise de l’anti-gravité. En cette même année, tout le système solaire est colonisé et sa périphérie est gérée par les CIC (Compagnies Industrielles de Colonisation). Mais, dans ce calme tout relatif, apparait un beau jour près de Jupiter, un énorme mur noir. Il n’émet aucune onde, rien n’en sort et ce qui y rentre disparait. Il avance rapidement à travers le système solaire, visible depuis la Terre. Ce mur intrigue, effraye, aussi bien les personnages que les lecteurs. Cette chose sonne le début de la première guerre universelle (Universal War One).

Le style graphique est particulièrement réussi au niveau de « l’espace ». C’est à dire les vaisseaux, planètes, astéroïdes, stations, etc mais également leurs mouvements et déplacements. L’on sent ici la recherche d’un réalisme qui se veut scientifique. La volonté de l’auteur de plonger les lecteurs dans une histoire riche, mais également visuellement réaliste. L’on trouvera aussi ici une intention forte de marquer le lecteur avec d’impressionnants moment qui prennent littéralement aux tripes.

Nous suivons l’escadrille « Purgatory » de la Troisième Flotte de l’United Earthes Force (UEF, au pluriel car Mars et Vénus sont appelées Earth 2 et Earth 3). Escadrille de bras cassés, vulgaires, lâches et criminels tous plus fous et attachants les uns que les autres. Chaque personnage possède une histoire aussi sombre que détaillée. Et ce sont ces détails dans leur histoire, face aux mystères du Mur, qui couplés aux dessins simples mais efficaces, donnent un tout réussi et fait que l’on s’attache à ces Monthy Python de l’espace. Il y a un gouffre entre les histoires et l’univers plutôt sombre et le fait que tout soit dans les mains de personnes accusées d’agression, de meurtre, de viols et autres joyeusetés.

Mais un beau jour, notre escadrille préférée, à la suite d’un nouveau pétage de câble et après avoir défiguré les anneaux de Saturne, pénètre dans le mur grâce à une technique aussi ingénieuse que suicidaire. Et c’est à ce moment que tout ce complique. C’est à ce moment que la relativité d’Einstein est à la fois confirmée et mise à mal. Notre troupe de couillons de l’espace commence à voyager dans l’espace et le temps plus ou moins consciemment. D’abord quelques minutes, quelques heures puis des années et des millions de kilomètres.

Et c’est à ce moment qu’il va falloir bien suivre car ça va devenir de plus en plus complexe, avec des connexions d’histoires individuelles et globales n’arrivant pas forcément de manière chronologique, page après page. L’on suit à la fois un récit se passant toujours en 2098 et un autre bien plus tard mais pourtant arrivant au même moment pour notre escadrille préférée.

C’est à la fois un énorme point fort, mais aussi un point faible. Car il est difficile d’écrire sur le voyage dans l’espace, mais encore plus sur celui dans le temps, à la fois dans le futur et surtout le passé. Mais l’auteur trouve une manière assez intéressante mais aussi que je trouve très sadique pour résoudre les paradoxes. De tome en tome nombre de choses s’éclaircissent mais d’autres se complexifient. L’on se fait balader de révélation en révélation mais tout en ne révélant rien.

Tout ce meltingpot d’histoires nous donne l’impression que Quentin Tarantino a décidé d’écrire une œuvre de science-fiction avancée, mais c’est là le résultat, plutôt réussi d’une réflexion qui a demandée des années. Et l’on comprend le temps passé entre chaque tome au vu de l’histoire qui devient de plus en plus complexe. Vous aurez bien besoin de la fiche chronologique se trouvant à la fin du tome 6 pour être sur de bien avoir suivi.

Les plus et les moins

Les Plus

– L’univers détaillé, réaliste, intéressant …

– LE MUR, élément intriguant et original.

– Les membres de l’escadrille « Purgatory », aussi fous que géniaux.

– Le plaisir de mettre à jour certaines choses par soi-même

Les Moins

– … mais parfois vraiment trop compliqué

– Certains retournements de situation bizarrement trop « faciles »

Plume-04

Conclusion

Un sage très intéressante, complète et originale. L’auteur a eu l’audace d’exploiter un sujet aussi complexe que peu représenté: le voyage dans le temps. Et Bajram a été encore plus hardi en sortant « Universal War Two« , que j’ai hâte de commencer à découvrir !

Alors contrairement à la plupart de mes collègues, je n'ai pas découvert ce plaisir de la lecture aussi tôt. J'étais plus occupé à me rouler dans les champs avec mes amis. C'est en arrivant au collège et surtout au lycée ensuite que je me suis mis à dévorer des bouquins. Et j'ai surtout trouvé mon bonheur dans la Science-Fiction, l'Héroïc-Fantasy, le Post-Apocalyptique et la Dystopie. Quels auteurs je lis ? De grands classiques comme Tolkien ou Lovecraft mais aussi de "petits nouveaux" comme Dmitry Glukhovsky, Timur Vermes ou encore Max Brooks !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mot de passe perdu

Inscription