Le Diable s’habille en Prada – Lauren Weisbeger

Romance

Le Diable s’habille en Prada et Vengeance en Prada sont deux livres écrits par Lauren Weisbeger et qui ont chacun fait l’objet d’une adaptation cinématographique, constituant pour chacun des classiques.

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Quatrièmes de couverture [/su_heading]

«Andrea n’en revient pas : même avec ses fringues dépareillées, elle l’a décroché, ce job de rêve. La jeune femme de vingt-trois ans» va enfin intégrer la rédaction de Runway, prestingieux magazine de mode New-Yorkais ! Et devenir l’assistante personnelle de la rédactrice en chef, la papesse du bon goût, la dénommée Miranda Priestly. Une chance inouïe pour Andrea : des milliers de filles se damneraient pour être à sa place ! Mais derrière les strass et les paillettes de cette usine à rêve se cache un enfer peuplé de talons aiguille et de langues de vipère. Leur raison de vivre ? Répondre à TOUTES les angoisses existentielles de la déesse Miranda. Justement, cette dernière vient de trouver une nouvelle victime de la mode : « An-dre-ââ »… »

« Cela fait dix ans qu’Andrea Sachs a démissionné du magazine Runway, dix ans qu’elle a plaqué Miranda Priestly et ce job d’assistante pour lequel « des milliers de filles se damneraient ». La papesse de la mode et ses satanées exigences ont eu raison de sa détermination. Depuis, Andy et Emily, son ex-collègue et ancienne ennemie jurée, ont joint leurs forces pour fonder une magazine de mariage haut de gamme, The Plunge, devenu la référence incontournable. Eh oui, la roue tourne ! Andy a tout juste 30 ans, elle a du succès et elle est sur le point de se marier. Ses années de clavaire lui paraissent bien loin désormais, bien qu’elle fasse toujours attention de se tenir à distance de Miranda. Seulement, cette dernière sait reconnaître une opportunité quand elle en voit une et The Plunge lui fait envie. Autant dire qu’elle ne va pas manquer de se rappeler à leur bon souvenir… Le diable est de retour, plus infernal que jamais ! »

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Histoire[/su_heading]

New-York, entre l’uptown et ses rêves pleins de pailette, et middletown chez andrea l’étudiante pour le premier tome, et dans l’uptown presque tout le second tome.

On va ici suivre les pérégrinations d’Andrea , fraîchement diplômée de son école de journalisme, en quête d’un petit boulot pour se faire de l’expérience avant de rentrer dans un journal prestigieux. C’est tout à fait au hasard (au contraire de ce que nous laisse croire la quatrième de couverture du premier tome), qu’elle va postuler chez Runway en tant qu’assistante personnelle de Miranda, mais cela pourrait lui être plus que bénéfique, à conditions qu’elle parvienne à tenir une année entière…

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Critique [/su_heading]

Comme vous l’aurez remarqué, j’ai rassembl » les deux tomes en une seule critique. Vous vous en doutez, ce n’est pas de très bonne augure… J’ai emprunté ces livres à la BU, parce que je connaissais la licence de nom mais n’avait ni lu les livres ni vu les films, et je me disais que pour ma culture personnelle, ce serait bien de savoir un minimum de quoi il retournait. Et ça a été un calvaire pour moi.

Ce n’est pas du tout le genre de livres que j’affectionne ni que j’ai l’habitude de lire. Dans un autre genre littéraire, ça m’a un peu fait penser à 50 Nuances (je me suis arrêtée après quatre chapitres, parce que c’était vraiment trop dur de continuer à lire ça). L’histoire est longue, mais longue ! J’ai cru que je n’en verrai jamais le bout ! Après, c’est divertissant, certes, mais bon, chaque livre aurait pu être diminué de moitié, tellement le personnage principal est indécis ! C’est un pas en avant, trois pas en arrière… Une horreur, et ce, dans un tome comme dans l’autre !

Les personnages sont tous plus clichés les uns que les autres (particulièrement ceux du monde de la mode : le styliste gay efféminé, les sosies anorexiques à l’accueil, les cantines qui sont là pour faire joli parce que personne ne veut prendre trois grammes…). Cette volonté de dénoncer le monde de la mode aurait été tout à fait honorable, si cela avait été présenté d’une autre manière, parce qu’on s’enfonce dans le cliché page après page…

Andrea ne cesse de tourner en rond, balançant entre la haine et la résignation pour Miranda dans le premier tome, et le stress post-traumatique et l’évitement dans le second. Les histoires d’amour qu’elle enchaîne restent dans le domaine du cliché (le petit ami pauvre de départ s’en va quand elle travaille pour Miranda, elle couche avec un riche auteur et se marie avec un riche magnat des affaires dans le second tome, avant de revenir vers son première amour à la fin du second tome).

Bref, c’était pas du tout une partie de plaisir, et c’était vraiment pour ma culture personnelle !

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Les plus et les moins [/su_heading]

Les Plus

– Le fait que l’auteure ait essayé de dénoncer les abus du monde de la mode, même si ce n’était pas des plus réussi

Les Moins

– Les personnages

– Le rythme du récit

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Conclusion [/su_heading]

Vous l’aurez compris, je n’ai pas du tout adhéré. Cependant c’était divertissant, si on apprécie ce genre de livres, et qu’on veut incrémenter sa culture personnelle d’un classique de la littérature dans ce genre…

Etudiante en orthophonie de 24 ans, Amaesis est tombée dans la marmite littéraire étant petite. C'est sa mère, fervente lectrice, qui lui a donné sa première dose. Tout s'est ensuite très vite enchaîné, et elle a commencé à échanger des livres avec son cousin et son frère, se découvrant une passion dévorante pour les thrillers, policiers et autres fantasy, fantastique et SF. C'est à l'adolescence et avec l'argent de poche qu'elle va découvrir à quel point les rayons livre sont très dangereux où qu'elle aille : même lorsqu'elle a une liste précise de livres en tête, ou qu'elle ne doit en acheter qu'un, elle ressort très souvent de là avec plus que ce qu'elle ne devait prendre... Au grand dam de son banquier (merci le banquier) ! Aujourd'hui, sa chambre d'enfant est remplie de livres (il y a même des piles par terre!), et elle n'a plus de place dans son appartement d'étudiante non plus (si quelqu'un vend une bibliothèque qui prend pas trop de place...), donc elle est très souvent obligée de se rabattre sur des emprunts à sa B.U. pour assouvir son besoin de lecture. Pour conclure, on avait décidé d'essayer de vous faire une petite liste de nos cinq livres préférés, afin de vous donner une petite idée de ce qu'on lit habituellement, mais ça s'est avéré impossible pour moi... Je vais donc vous proposer, comme ça, en vrac, quelques noms d'auteurs que j'apprécie tout particulièrement : - Henri Loevenbruck - Stephen King - Laurell K. Hamilton - Franck Thilliez - Mira Grant - John Ethan PY

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

Aliquam id velit, mattis risus. venenatis venenatis, accumsan tempus vel, id, Aenean