Dragon de sable – Tome 1 : Journal du Premier Marcheur – Marc Ismier

Fantasy

Ce livre m’a intéressé pour plusieurs raisons. De prime abord, via la quatrième de couverture, on imagine un roman de fantasy assez atypique, puisant dans des inspirations originales. Le récit semble également porté sur la ruse, les complots, et j’aime beaucoup ça. De puis, les termes de « Marcheur », « Questeur » ou de « Sculpteur » laissent présager de bonnes idées et attisent la curiosité !

Quatrième de couverture

« La paix et la justice de Gladsheim s’étendent progressivement sur les royaumes d’Orient. Gylfi, Roi, le plus Puissant parmi les Puissants, en assure la stabilité par les Questes de ses Marcheurs. Les guerres sont oubliées depuis des siècles et les Arts se développent, étendant toujours plus les Pouvoirs et la science des Maîtres. Mais Bryan, Premier Marcheur, est arraché à une Queste dans les brûlants déserts du sud par Snorri, le Sculpteur. Pendant son absence, Gylfi a disparu, menaçant les ordres établis et faisant ressurgir la perspective d’affrontements oubliés qui déchireraient les peuples. Derrière le Trône, la Nuit tisse ses complots au-delà des frontières et menace l’existence des Royaumes. Entre alliances et trahisons, se révèlent de nouveaux Pouvoirs au cours de la plus redoutable Queste du Premier Marcheur.« 

Quatrième de couverture

Le pari est-il réussi ? Pas tout à fait selon moi …

Nous sommes confrontés à Bryan, le narrateur, Premier Marcheur de son état, alors qu’il est en train d’effectuer une « Queste« . Le personnage, tout au long du récit, est intéressant. Déjà c’est un « gentil« , dans tous les sens du terme, et il a un sens élevé de la justice notamment. Mais, que ce soit lui ou tous les autres, j’ai eu du mal à les cerner. Tous les personnages sont restés un peu obscurs pour moi, jusqu’à la fin, ce qui ne m’a pas aidé à rentrer dans l’histoire.
De plus, les termes qui m’ont attiré initialement – Marcheur, Questeur, Sculpteur – ne sont pas expliqués, et c’est au lecteur de comprendre le rôle de chacun au fil de l’intrigue. Je n’aime évidemment pas que l’on me donne tout tout cuit, mais là j’avoue que ça n’a pas aidé non plus. Les pouvoirs de chacun sont vraiment obscursce qui permet à l’auteur de ne pas fixer de limite d’ailleurset leurs rôles le sont encore plus. Malheureusement, sans arriver à cerner efficacement – et de manière certaine surtout ! – qui fait quoi, on se retrouve face à une nouvelle difficulté d’appréhension des personnages, et donc de l’intrigue.

J’ai eu vraiment du mal à rentrer dans l’histoire pour ces raisons-là, car, au final, comment s’attacher à des personnages et à leurs histoires respectives si on ne comprend pas qui ils sont ?
Bien sûr, au fil des pages, on comprend un peu mieux les pouvoirs de chacun, et j’ai aimé tout ce système de magie assez original. Mais il m’a manqué quand même des explications sur leur fonctionnement en général.

Passé ce postulat, je me suis quand même accroché. L’intrigue démarre plutôt doucement, malgré la disparition d’un roi, et j’avoue n’avoir ressenti que peu de tension dans les cent premières pages. J’ai trouvé le rythme assez lent au départ, mais très bien rythmé ensuite, grandement aidé par toutes les intrigues politiques qui se déroulent.
Car c’était bien la promesse de la quatrième de couverture : et, pour le coup, le contrat est rempli !
Bryan étant le narrateur, nous découvrons les événements à son rythme, et on ne s’embête pas, comme dans beaucoup de livres de Fantasy, avec ce qu’il peut se passer partout ailleurs dans le monde. Malgré les nombreuses intrigues à déjouer, le récit se focalise sur ce personnage, ce qui créé assez d’empathie pour contre balancer le manque d’informations sur lui.
Le lecteur est au final entraîné dans une série d’intrigues, dans un rythme efficace sans être trop lourd, dont on ressort presque frustré tant on aimerait déjà connaître la suite !

J’avoue avoir du mal à rédiger une critique complète, tant la moindre information se retrouve capitale dans l’intrigue et peut donc spoiler les futurs lecteurs. Mais, pour résumer, je peux dire que le livre possède un système de magie intéressant, quoiqu’un peu obscur, et qu’on a là un vrai roman d’intrigues et de politique comme il y en a peu en Fantasy.
Il faut vraiment s’accrocher aux cent premières pages, très floues.

Les plus et les moins

Les Plus

– Le système de magie
– Les intrigues
– Le héros et la narration

Les Moins

– Certaines choses restes vraiment trop abstraites
– Les cent premières pages

Conclusion

Je le recommande plutôt aux fans du genre, et à ceux qui souhaitent découvrir des romans plus politiques que dragons et compagnie.

Moi c'est Fabien, 28 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

ut Nullam vel, dolor. mattis justo commodo mi,