I#CONE# – François Berdeaux

Fantastique

Quatrième de couverture

« Tout commence par un simple clic. Un malheureux clic pour Idris qui traverse une mauvaise passe. Et une autre vérité surgit derrière l’écran, loin des standards médiatiques. Qui croire ? Pourquoi croire ? Une question en entrainant une autre, Idris va se retrouver propulsé, cors et âme, dans l’Histoire, au coeur d’un ésotérisme qui nourrit les fakes news d’aujourd’hui. Tout est dans les faits se plaisent à dire les complotistes 2.0 ; mais la vérité est elle au bout du chemin ? »

Critique

C’est un livre qui m’a directement intéressé. Son résumé m’a plu, et j’adore les récits d’énigmes et d’aventures. Je n’en lis pas assez d’ailleurs, et c’était l’occasion de de me replonger dans ce bain !

L’intrigue étant souvent au cœur de ce genre de récit, parlons-en dès le départ ! La première moitié est intéressante, même si on ne voit pas trop où l’auteur souhaite nous emmener. On suit le personnage principal dans une aventure mystérieuse, auquel il ne croit pas lui-même. Tout le principe de la première partie réside là-dedans : le personnage pense que tout ce qui arrive est une coïncidence.
Ensuite, après un gros rebondissement qui fera changer de camp un deuxième personnage, lui aussi impliqué directement dans l’aventure, on se retrouve dans une sorte de thriller, une course contre la montre, où les protagonistes doivent trouver les secrets avant « les autres« , quels qu’ils soient.
La première partie est un peu longue, manque un peu d’action, et suit lentement son cours en révélant le minimum de choses. Dans la seconde, beaucoup de liens se sont faits dans ma tête, et les personnages vont de révélations en révélations, dénouant petit à petit les nombreux nœuds de l’intrigue. On se laisse finalement porter par la résolution de tous les mystères, et les 150 ou 200 dernières pages passent sans que l’on s’en rende compte.

Concernant les personnages, ils sont réellement peu nombreux. On suit Idris, qui est aussi le narrateur de l’histoire, est un personnage très intéressant. D’abord très terre à terre devant les mystérieuses choses qu’il se passe, il finit par se laisser emporter par les différents évènements, et part souvent très loin dans son imaginaire par la suite.
Laeticia est d’abord un personnage obscur, aux desseins tout aussi flous. Rien ne permet réellement de savoir ce qu’elle veut, et j’avoue l’avoir détesté pendant un bon moment, avant qu’elle même ne soit prise par le tourbillon d’intrigues. Ce n’est pas mon personnage favori pour autant, mais c’est un personnage très intéressant dans sa conception, apportant beaucoup de réflexion dans le groupe « d’aventuriers« .
Paul, le troisième et dernier larron, remplis parfaitement son rôle, mais je ne préfère pas en dire plus pour vous préserver du spoil !
Nous avons donc là un trio de personnages très intéressant, très humain aussi, où chacun a ses faiblesses.

Le roman est illustré de nombreuses petites images, venant aider à l’imagination des lieux et des objets trouvés lors de l’aventure. Même si certaines ne sont pas forcément pertinentes, beaucoup s’avèrent utiles.
De plus, les recherches des personnages sont aussi illustrées via des pages internet venant de différents sites (avec leur liens) permettant au lecteur de lire la même chose que le trio d’aventuriers (et de se renseigner encore plus grâce aux liens). Du coup, le lecteur a accès aux mêmes informations que les acteurs, ce qui nous implique aussi dans la résolution des énigmes !

La plume de l’auteur est agréable, pouvant manier aussi bien la description que l’action et les dialogues.

Pour en revenir à l’intrigue, j’avoue avoir eu peur de la fin. Tout au long du roman, je m’attendais à lire une histoire mêlant ésotérisme et réalité, mais le récit est resté très terre à terre, ce que j’ai d’ailleurs apprécié. La fin, cependant, vient mettre cette touche ésotérique qu’il manquait, de brillante manière en plus ! Je ne peux évidemment pas en dire plus, mais j’ai beaucoup aimé cette fin, qui viendra sans nul doute rehausser la note finale !

Pour finir par quelques points négatifs, je dirai qu’il y a quand même beaucoup de longueurs, notamment dans la première partie. Sentiment accentué par le fait qu’on ne sait pas du tout où l’on va.
Ensuite, j’ai repéré pas mal de fautesen tout cas assez pour être contraint de le noter dans ma critique – ce qui est toujours un problème, même pour un roman auto-édité.

Mon appréciation reste tout de même positive.

Les plus et les moins

Les Plus

– Intrigue enrichissante
– Une plume sachant s’adapter aux scènes
– Les images des lieux et des objets importants
– Une fin à la hauteur

Les Moins

– Des longueurs, surtout la première moitié
– Nombreuses fautes

Conclusion

C’est un livre qui m’a plu, que je recommande aux fans du genre et même aux novices.

Moi c'est Fabien, 28 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

amet, eget venenatis, ipsum fringilla Sed nunc tristique in mattis elit.