La prophétie des éléments – Tome 1 : Gardiens – James Tollum

Fantasy

Gardiens-James-Tollum

Gardiens est le premier tome de la trilogie Fantasy de l’auteur français James Tollum. Je l’ai connu grâce au bouche à oreilles, et j’avais envie de me le procurer depuis un moment, avant que l’auteur ne me l’envoie dans le cadre du site, ce dont je suis ravi !

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Quatrième de couverture[/su_heading]

« Sur un monde, que se partagent deux continents radicalement opposés et séparés par un immense abyme le combat entre les Mages et les Sorciers va chambouler l’ordre établi depuis dix mille ans.

Sur les Terres d’Antyras – pays matriarcal – la magie n’existe pas. Les humains y vivent docilement sous l’égide du Grand Temple et de ses représentantes omniprésentes : les Mères. Ces dernières, responsables entre autre, de l’éducation du peuple, se gardent bien d’évoquer les Terres d’Avalyn et la Magie. Pour les Antyriens, rien n’existe au-delà de l’abyme.

En revanche, sur les Terres d’Avalyn la vie y est tout autre. Un patchwork de peuples aux mœurs et aux caractéristiques très diverses se partagent les terres : Mages, Sorciers, Elfes, Dragons, Gobelins, Finaï, Acarans, Nâgas… Sur les Terres d’Antyras vit Éthan, seize ans. Il coule des jours heureux, entouré de ses parents au sein d’Ythéria, petit village isolé à la périphérie du monde. Ses principaux soucis résident essentiellement à approcher la jeune et belle Mira et d’arriver chaque matin à l’heure pour La Parole : l’enseignement religieux promulgué par la Mère Armania.

Mais le destin en a décidé autrement, lorsque dix-huit ans plus tôt, une ancienne prophétie, protégé par un puissant sort, resurgit sur les Terres d’Avalyn. Commence alors une course effrénée principalement entre les Mages et les Sorciers afin de retrouver les Gardiens des éléments : seuls êtres capables d’empêcher la fin du monde. Un fabuleux voyage, plein de rebondissement, de joie, de rencontre mais également de souffrance attend Éthan, Mira et leurs compagnons de voyage …« 

La quatrième de couverture étant suffisamment fournie, je vais sauter la partie Histoire car vous en savez déjà assez !

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Critique [/su_heading]

Je dois l’avouer, James Tollum et ses romans me faisaient de l’œil depuis longtemps. Outre les avis positifs quasi-unanimes des lecteurs, mes penchants pour la Fantasy et la maturité qui a l’air de se dégager de ses livres ont finalement eu raison de ma patience. J’ai contacté l’auteur, qui m’a très rapidement et très simplement répondu qu’il me ferait parvenir ce premier tome, Gardiens, ainsi que Djinn, son prochain roman. Et me voilà, une semaine après, en train d’écrire cette critique.

Je ne vais pas, cette fois-ci, être contre les notes des lecteurs : le premier tome de La prophétie des éléments est génial !

L’auteur nous offre une plongée dans un univers riche en créatures et en personnages fascinants, le tout accompagné par une mythologie complexe et envoutante.
J’ai beaucoup apprécié la différence de vie entre les deux continents. Sur les Terres d’Antyras, le Grand Temple, commandé par les Mères Supérieures et la Mère Suprême, dirige tout et dicte sa loi, tout en cachant au peuple que la magie et les créatures qui y sont liées existent. Cette notion est importante, et je l’ai trouvée vraiment bien intégrée. La religion, avec tout ce que ça implique en terme de sacrifices, de secrets et de domination, ça m’a toujours beaucoup attiré dans les fictions littéraires. Je dois dire qu’ici, j’ai été servi, et que l’histoire est d’autant plus intéressante grâce à ça.

L’histoire, elle, reste dans les carcans de la Fantasy, et l’auteur n’invente pas un nouveau genre, mais ce n’est pas ce qu’on lui demande de toute façon.
Une sorte d’Élu apparaît suite à une vieille prophétie, et les forces du Bien et du Mal se battent pour l’aider ou déjouer ses plans. Soit, ça manque un peu d’originalité. Mais il y a beaucoup d’à côtés dans Gardiens. La religion, déjà citée, les différentes créatures, les tensions entre les divers protagonistes (qu’ils soient dans le même camp ou pas), et surtout le fait que l’auteur nous entraine très loin dans le conflit, qui ne se passe pas à un endroit précis mais partout en même temps. En plus de l’action omniprésente (mais pas étouffante, loin de là !), de nombreux rebondissements viennent nous faire oublier les sempiternels clichés.
L’aventure dans laquelle nous sommes embarqués est plutôt épique. Entre la découverte de l’univers, ainsi que des personnages et leur appréhension face à la magie et à tout le reste qui avait été banni par le Grand Temple, l’auteur nous fait voyager.
Dans l’ensemble, l’histoire est vraiment intéressante, suffisamment éloignée de cette écriture codifiée qu’est la Fantasy.

Vous commencez à connaître mon énorme goût pour la magie, alors parlons-en ! Elle est plutôt bien pensée. Bien que les Gardiens soient liés à un élément, ils ont également toute sorte de pouvoirs plutôt originaux. Encore une fois, James Tollum ne réinvente rien à ce niveau-là, mais, dans l’ensemble, j’ai trouvé ça vraiment bien.
Les créatures issues de la magie m’ont réellement comblé par contre. Les Finaï m’ont vraiment intéressés (d’autant qu’ils semblent être issus de l’imaginaire de l’auteur), et les Nagas, créatures que j’affectionne particulièrement (étant un grand fan de l’univers vidéoludique Warcraft) ont également été une très bonne surprise !

Les personnages sont charismatiques. La compagnie du héros est hétéroclite et comprend tant des personnages attachants que détestables, et il en va de même pour les « méchants« . J’ai surtout aimé Prisca, la jeune Novice du Temple, et Irina, qui est parfaitement dans son rôle jusqu’au bout. Bien sûr, les trois protagonistes principaux (Ethan, Mira et Malak) sont également bons.
Puisqu’il en faut bien quelques-uns, certains personnages m’ont un peu moins transcendé. Rambi, le Nain, en premier. Malheureusement dirai-je, car j’aime beaucoup les Nains et je trouve qu’ils ne sont pas suffisamment représentés à leur juste valeur dans la littérature fantastique (ou dans les films, notamment Le Seigneur des Anneaux, transformant une montagne de charisme littéraire en clown à deux balles). Arkan, l’un des Sorciers à la poursuite d’Ethan et des autres, n’est pas non plus un personnage que je retiendrai forcément. Bien que certaines scènes lui rendent parfaitement honneur, je trouve qu’il est trop coincé dans son archétype de méchant et aurait peut-être mérité un peu plus de profondeur.

Pour en venir aux deux vrais défauts que j’ai trouvé – ceux sur les personnages étant plutôt des légers regrets – l’un étant d’ailleurs dérivé de l’autre, je dirai que le récit manque un peu de style et d’émotions. De nombreux lecteurs, voire des confrères possédant des blogs, l’avancent également : la plume de James Tollum manque de style. C’est son premier roman, et nous savons tous à quel point c’est difficile, mais de ce que j’ai pu voir sur Internet, il l’avoue également un peu lui-même. Les lecteurs prétendent cependant que les tomes suivants sont bien plus intéressants de ce côté-là.
Découlant de ça, j’ai trouvé que certaines scènes manquaient un peu d’émotion. Certaines auraient pu sûrement, avec un peu plus d’efforts, m’arracher une larme, un rire ou faire parcourir mon corps de frissons. Certes, c’est arrivé (du moins pour les deux dernières propositions), mais moins souvent que prévu.

Pour finir sur un point positif, la fin est vraiment excellente en plus d’être originale et inattendue, et ouvre de nombreux horizons pour les tomes suivants, c’est une très bonne chose !

Bref, ce fut une très bonne surprise !

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Les plus et les moins [/su_heading]

Les Plus

– Un univers riche aux multiples inspirations
– La domination du Grand Temple, intéressante
– De nombreux rebondissements et beaucoup d’action
– Les personnages, attachants et charismatiques
– Les créatures fantastiques
– Une fin inattendue, promettant une suite plus épique

Les Moins

– Un ou deux personnages trop enfermés dans un rôle
– Certains scènes manquent d’émotion ou d’épique
– La plume de l’auteur qui manque un peu de style

Plume-04

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Conclusion [/su_heading]

Ce fut une agréable découverte et je ne peux donc que participer à cet élan positif donné à James Tollum par ses lecteurs. Je recommande ce livre à tout amateur de Fantasy, voire à des débutants, car il se lit très facilement.

 

 

Moi c'est Fabien, 26 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

2 Commentaires

  1. C’est vrai que quand je t’ai dit que j’avais croisé James Tollum aux Imaginales, comme ça, sans y penser, t’as failli faire un infarctus ahaha. en tout cas ta critique me donne encore plus envie de le lire. Une entrée de plus dans ma wishlist…

    Répondre
    • Bah carrément, c’était une pure coïncidence vu que je t’en avais jamais vraiment parlé (gardant jalousement mes sources mouhahahaha).
      Connaissant tes goûts, je pense que tu apprécieras certainement autant que moi, donc n’hésites pas quand ton porte-monnaie aura pris quelques kilos 😀

      Répondre

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

felis luctus leo. nec venenatis, accumsan risus