Le Cinquième règne – CHATTAM

Horreur Thriller/Polar

Le Cinquième règne est un thriller fantastique écrit par Maxime Chattam, paru en 2003 sous le pseudonyme de Maxime Williams. Il a reçu le prix du roman fantastique du Festival de Gérardmer.

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Quatrième de couverture [/su_heading]

« Ils auraient dû se méfier.Respecter le couvre-feu instauré depuis le meurtre du jeune Tommy Harper.

Reposer ce vieux grimoire poussiéreux tant qu’il en était encore temps.

Et surtout… Ne pas en tourner les pages.

Sean le rêveur et sa bande vont devoir affronter le Mal absolu : à Edgecombe, petite ville tranquille de Nouvelle-Angleterre, les éléments se déchaînent, des adolescents disparaissent et de mystérieux hommes au charisme effrayant font leur apparition… Et si ce livre maudit détenait la clé du plus effroyable mystère de l’humanité ? »

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Histoire[/su_heading]

Ce roman, nous plonge dans une petite ville à priori tranquille de la Nouvelle-Angleterre contemporaine. Dans une ambiance sombre à la Stephen King, on va suivre les aventures d’un groupe de jeunes gens qui ont eu la malchance de tomber sur le mauvais grimoire au mauvais moment…

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Critique [/su_heading]

C’est un livre que j’ai acheté l’été dernier, pour passer un agréable moment un après-midi de chaleur intense… Et le moins qu’on puisse dire c’est que j’ai été transportée ! En effet, le style toujours aussi prenant de Chattam m’a transportée aux côtés de cette bande hétéroclite de gosses, qui vont grandir (et pas forcément de la manière la plus agréable) tout au long de ce roman.

 

Au risque de me répéter, j’adore Chattam et ses livres ne m’ont pour le moment jamais déçue. Il est pourtant un peu sorti de son style habituel, s’essayant à introduire un peu de magie dans son histoire. Les personnages, tous d’une naïveté et d’une jeunesse touchante au début du roman, vont évoluer tout au long du récit pour finir grandis, un peu cassés par la noirceur des évènements. Et dire que tout est parti d’un livre…

Le récit, toujours aussi rythmé, laisse une place aux évènements qui peuvent parfois se succéder de façon effrénée mais sait aussi offrir un peu de répit, parfois. On s’attache très vite à ces gosses, qui nous sont présentés avec justesse : leurs fêlures et désirs, leurs passions, leur caractère… Ils restent justes dans leur jeunesse, et l’amitié qu’ils mettent en place est belle malgré leurs différences. Les méchants de l’histoire sont très bien présentés également. La folie furieuse et étrangement logique de la bête, celle plus froide de Korn, tout est d’une justesse agréable à lire.

Même si ce n’est pas le style habituel de Chattam, la part de fantastique s’intègre très bien au récit, sans qu’elle ne soit trop déséquilibrante ni pour le rythme, ni pour la lecture. Le thème du grimoire magique ne verse pas dans le cliché et les enfants, même au plus bas, ne versent pas dans le pathos. Attention cependant, comme dans tout roman de Chattam, certains scènes restent assez violentes, que ce soit psychologiquement ou qu’elle présente une violence physique plutôt explicite et détaillée.

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Les plus et les moins [/su_heading]

Les Plus

– Le rythme du récit

– Les personnages, qu’on finit par considérer d’un oeil ému, comme si on suivait des petits frères et des petites soeurs

– L’histoire en elle-même et la façon dont elle est racontée

– Les cliffhanger et la fin du livre, qui m’a laissée essouflée

Les Moins

– La violence qui peut être un frein pour certains lecteurs

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Conclusion [/su_heading]

En conclusion, lecture très agréable, qui saura refroidir une chaude journée d’été par son atmosphère lugubre et les frissons qui vous parcourront le dos, qu’ils soient de dégoût ou de tension. Attention cependant à ne pas laisser les plus jeunes avoir accès à ce livre encore trop violent pour eux…

Etudiante en orthophonie de 24 ans, Amaesis est tombée dans la marmite littéraire étant petite. C'est sa mère, fervente lectrice, qui lui a donné sa première dose. Tout s'est ensuite très vite enchaîné, et elle a commencé à échanger des livres avec son cousin et son frère, se découvrant une passion dévorante pour les thrillers, policiers et autres fantasy, fantastique et SF. C'est à l'adolescence et avec l'argent de poche qu'elle va découvrir à quel point les rayons livre sont très dangereux où qu'elle aille : même lorsqu'elle a une liste précise de livres en tête, ou qu'elle ne doit en acheter qu'un, elle ressort très souvent de là avec plus que ce qu'elle ne devait prendre... Au grand dam de son banquier (merci le banquier) ! Aujourd'hui, sa chambre d'enfant est remplie de livres (il y a même des piles par terre!), et elle n'a plus de place dans son appartement d'étudiante non plus (si quelqu'un vend une bibliothèque qui prend pas trop de place...), donc elle est très souvent obligée de se rabattre sur des emprunts à sa B.U. pour assouvir son besoin de lecture. Pour conclure, on avait décidé d'essayer de vous faire une petite liste de nos cinq livres préférés, afin de vous donner une petite idée de ce qu'on lit habituellement, mais ça s'est avéré impossible pour moi... Je vais donc vous proposer, comme ça, en vrac, quelques noms d'auteurs que j'apprécie tout particulièrement : - Henri Loevenbruck - Stephen King - Laurell K. Hamilton - Franck Thilliez - Mira Grant - John Ethan PY

2 Commentaires

  1. C’est le seul Chattam que j’ai abandonné , je n’ai pas du tout accroché.

    Répondre
    • Salut ! Ecoute j’avoue que j’ai eu du mal à m’y mettre au début, c’est vrai que ce n’est pas le genre auquel on est tout à fait habitués mais au final il m’a quand même bien plu !

      Répondre

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

mattis velit, suscipit adipiscing mattis Nullam commodo vulputate,