Les chants de la Terre lointaine – Arthur C. Clarke

Science-Fiction

leschantsdelaterrelointaine

Publié en 1986, le roman de science-fiction m’a surtout attiré par le nom de son illustre auteur. Je cherche à m’ouvrir à la SF, et Asimov me tentant pas plus que ça, j’ai choisi l’autre grand génie du genre : Arthur C. Clarke. Je possède évidemment une version « récente » du roman, datant elle de 2010.

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Arthur Charles Clarke [/su_heading]

Arthur Charles Clarke, né en 1917 et mort 2008, est écrivain mais aussi scientifique et explorateur sous-marin. Il est l’auteur de « 2001 : l’Odyssée de l’espace« , adapté au cinéma pas Stanley Kubrick, et qui fut un succès colossal, si bien que tout le monde en a déjà entendu parler.

De plus, il est le l’inventeur, comme dit en préface du roman, du concept de satellite géostationnaire, encore sur-utilisé de nos jours pour nos satellites de télécommunications.

On s’attaque vraiment à un gros morceau de la science-fiction, et qu’importe le ressenti que je peu avoir sur son œuvre, je respecte l’homme qui a fait avancer la science, et qui a rêvé de tant d’autres avancées futures dans ses écrits. Arthur C. Clarke a été anobli par la Reine d’Angleterre, en 1998.

[su_heading size= »35″ margin= »0″]Quatrième de couverture [/su_heading]

« La Terre se meurt et les derniers représentants de l’espèce humaine prennent place à bord du Magellan pour un voyage de plusieurs centaines d’années. Au cours d’une escale sur une planète-océan colonisée longtemps auparavant par des vaisseaux-semeurs, l’équipage du Magellan rencontre des humains pour qui la Terre n’est déjà plus qu’un lointain souvenir, une légende.« 

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Histoire[/su_heading]

Les scientifiques ont découvert de nombreuses nouvelles choses, dont une « particule » qui représenterait la « barre de vie » du Soleil avant qu’il ne se transforme en nova et réduise le système Solaire à néant. Bien qu’il reste encore plusieurs siècles à l’Humanité, les scientifiques du monde entier n’auront de cesse de créer des vaisseaux pouvant transporter l’homme hors des limites du système.
Des centaines d’années durant, des vaisseaux, de plus en plus puissants au gré des découvertes scientifiques, partent de la Terre et rejoignent des étoiles plus ou moins proches, en fonctions des planètes éventuellement habitables découvertes autour d’elles.

Le Magellan est le dernier vaisseau à avoir quitté la Terre, et la plupart des personnes à l’intérieur se rappellent encore le moment où la planète bleue fut entièrement brûlée. Le Magellan possède toutes les technologies découvertes, et est capable d’atteindre une vitesse proche de celle de la lumière. Malheureusement, au cours du très long voyage, le vaisseau subit plusieurs impacts, et doit être réparé si possible. Heureusement, à peu près sur leur chemin, se trouve la planète océanique Thalassa, qui a du être colonisée des centaines d’années plus tôt, bien qu’aucune nouvelle ne soit jamais parvenur sur Terre.

Si la population de Thalassa existe toujours, comment la rencontre entre ces deux communautés terriennes depuis si longtemps séparées va t-elle se passer ?

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Critique [/su_heading]

Le roman est plutôt court, 340 pages, et, malheureusement, j’ai résumé l’intégralité de l’intrigue dans la partie Histoire. Bon, n’exagèrons rien, il reste deux ou trois petites choses à découvrir, mais globalement tout est là.
Paradoxalement à ce que je disais en introduction, je n’attendais pas grand chose de ce roman, je ne peux donc pas dire que j’ai été déçu. Mais il ne m’a absolument pas marqué à un seul instant.
Le début me paraissait très intéressant, la rencontre entre les deux communautés était intrigante. Par la suite, plus rien. Il n’y eut au final que très peu d’action et très peu de suspens. Alors bien sûr, l’action et le suspens ne sont pas le propre de la science-fiction. La découverte et l’aventure beaucoup plus. De ce côté-là j’ai malheureusement encore été très déçu. L’univers n’est pas vraiment exploité, la société Thalassienne a quelques subtilités mais rien qui vous fera hausser les sourcils plus que ça, et l’aventure s’arrête à « on a besoin de réparer notre vaisseau, on le fait, et on part« .

Dans l’ensemble, toute l’histoire manque cruellement d’enjeu et de tension. Ce n’est pas la faible mutinerie à bord du vaisseau qui rehaussera vraiment tout ça, et au final on se laisse porter par le livre sans grande envie en espérant un final original qui clôturerait magnifiquement ce petit récit. Ce n’est pas le cas, et c’est bien dommage.

L’auteur, sur la forme, n’a rien de particulier dans sa plume, et si son écriture n’est pas désagréable, elle n’apportera rien que vous n’ayez jamais vu.

Je ne parlerai pas des personnages qui sont au combien génériques. Aucun ne sort du lot, aucun n’est réellement personnage principal. C’est plutôt une multitude de personnages secondaires qui communiquent entre eux.

Je n’ai pas grand chose à dire sur ce livre tant il y a peu de choses à raconter, aussi vais-je m’arrêter ici. Il ne m’a pas marqué, je n’ai aucune envie de le relire (ce qui est extrêmement rare chez moi), mais je ne suis pas mécontent de l’avoir découvert et qu’il trône dans ma bibliothèque. Pour conclure, je dirai qu’il n’est pas du tout indispensable aux fans de SF, mais qu’il pourrait très bien servir de tremplin à quiconque souhaiterait se lancer dans ce registre ainsi qu’aux jeunes lecteurs.

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Les plus et les moins [/su_heading]

Les Plus

– Conviendra aux jeunes lecteurs ou à ceux qui désirent découvrir la SF

Les Moins

– Pas d’enjeu, pas de découverte, pas d’aventure
– Des personnages génériques
– Univers pas assez exploité
– Société Thalassienne trop peu explorée

Plume-02

[su_heading size= »35″  margin= »0″]Conclusion [/su_heading]

Je l’ai trouvé à 4€ dans ma librairie. Pour ce prix vous ne passerez pas un mauvais moment.

Moi c'est Fabien, 28 ans ! J'ai toujours eu une imagination débordante et un caractère extrêmement lunatique, aussi l'écriture et la lecture se sont imposées à moi très facilement. Passionné de Fantasy notamment (et surtout de magie), ainsi que de thrillers et de polars, je m'ouvre petit à petit à la science-fiction et au reste. Mes livres préférés font souvent partie de l'univers de la Fantasy, et sont pour la plupart dotés d'univers très étoffés, et très bien intégrés au récit. Achetant d'innombrables livres, je suis complètement envahi et mes bibliothèques ne tiennent plus sous le poids des romans, d'autant que je suis un inconditionnel du grand format ! Dans les librairies, je suis toujours à chercher dans un recoin sombre le livre caché qui m'attirera, et je suis très peu attiré par les "grands auteurs". Dans tous les cas, il y aura toujours de la place pour des livres chez moi !

Poster une réponse

Votre Email ne sera pas publié.Les champs obligatoires sont marqués *

Vous pouvez utiliser ces balises HTML et les attributs : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Mot de passe perdu

Inscription

libero ut dapibus libero Nullam commodo porta. Phasellus leo. felis